Archives mensuelles : février 2014

Science pathologique : Séralini en remet une couche.

En parcourant internet pour trouver de la matière pour un autre article, je suis tombé sur ça. Apparemment, donc, Séralini aurait découvert que les pesticides vendus aux agriculteurs et aux jardiniers seraient « étaient de 2 à 1.000 fois plus toxiques que les principes actifs qui sont les seuls à être testés ». Le journal qui publie cet article est « Biomed Research International », qui appartient à Hindawi Publishing Corporation. Ne connaissant pas ce journal, ni cet éditeur, je me suis rendu sur la liste de Jeffrey Beall recensant les « éditeurs prédateurs » afin de vérifier qu’Hindawi ne faisait pas partie de cette liste. Apparemment non, mais voici ce que Jeffrey Beall a à dire sur cet éditeur :

Généralement, je fais mes analyses au niveau de l’éditeur et pas au niveau d’un seul journal. Hindawi ne fait pas partie de ma liste d’éditeurs prédateurs. Mais je reçois des plaintes au sujet d’Hindawi. Ils spamment beaucoup, la plupart de leurs 500 journaux n’a pas de rédacteur-en-chef et il semble qu’il s’agit d’un éditeur qui a plutôt les besoins des auteurs à cœur que ceux des lecteurs.

Bizarre ? Peut-être. Un autre commentateur fait part de sa satisfaction à l’égard d’un journal de cet éditeur, pour immédiatement ajouter que le processus de validation par les pairs est « léger ». Ce commentaire est fait par rapport à un journal seulement, et pas Biomed Research International (BRI). Cela ne veut pas dire que ce dernier journal est mauvais. Oui, son facteur d’impact est — relativement — faible, mais cela ne signifie pas grand-chose : un journal peut, par exemple, être extrêmement spécialisé et donc, logiquement, avoir peu d’impact. Ceci étant, cela ne me semble pas être le cas d’un journal qui s’appelle « Biomed Research International ». Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized